Et voilà…

… tout le monde est rentré à bon port en (relative) forme (après à peine 15 heures de train…) et pleinement heureux. Nous espérons vous donner rendez-vous bientôt pour un spectacle de théâtre scientifique strasbourgeois. En attendant, n’hésitez pas à consulter les articles retraçant notre aventure et les faits marquants d’ESOF2014 qui continueront à être postés sur le blog !

Categories: Uncategorized | Leave a comment

Vor Frelsers Kirke

On a quitté pour une matinée la conférence et son habituelle agitation pour faire un petit saut en ville. Sous la houlette de Clément, nous nous sommes dirigés vers le quartier de Christianshavn à l’est de la capitale. Autrefois ce quartier appelé aussi “petit Amsterdam” danois fut pauvre, insalubre et habité par des pêcheurs, c’est aujourd’hui un quartier bohème et branché.

On peut y découvrir une église à l’architecture plutôt surprenante : Vor Frelsers Kirke. Faisant partie des 10 premiers monuments les plus visités de Copenhague, elle constitue l’une des plus grandes attractions du Danemark. Avec son sommet qui culmine à 90 mètres de hauteur et ses quelques 400 marches : sujet au vertige s’abstenir ! Cette église de style baroque hollandais, achevée en 1752, est avant tout connue pour son clocher en spirale noir et or.

Notre petit groupe a donc commencé l’ascension qui n’est pas aisée avec des escaliers en bois très étroits qui rendent difficile le passage de 2 personnes en même temps. On s’est ensuite retrouvé à l’extérieur, sur un escalier en colimaçon qui s’enroule autour de la flèche. Nos efforts ont été bien récompensés puisque la vue sur la capitale danoise est tout simplement magnifique. En plus le beau temps est de la partie. On a mitraillé ce superbe panorama avec nos appareils photos puis on est redescendu sur la terre ferme.

   

Categories: Uncategorized | Leave a comment

Interviews dans le train

Le train de la science, c’est avant tout un voyage… en train. Découvrez ce qui s’est dit lors du retour.

Categories: Uncategorized | Leave a comment

Dome of visions

Découverte du “Dôme des visions”, l’œuvre d’un cabinet d’architecte au Danemark.

Categories: Copenhagen City | Leave a comment

Cédric Villani : “L’ESOF, c’est pour un public intermédiaire”

 

Cédric Villani, directeur de l’Institut Henri Poincaré et médaille Fields 2010 revient sur l’EuroScience Open Forum et la vulgarisation des mathématiques

Categories: Interviews | Leave a comment

What are you: a conference participant or a scientist in the city?

What will you answer, if as participant, you were asked this question? It’s difficult to say. ESOF 2014 was a great event inside and outside.
Inside, participants could attend conferences going from simple themes to plenary lectures. Outside, the event was the Science in the city. Who can say that during that week, he never stopped before a stand to eat some particular chemical food, or trying to play a freaky game? So were the two sides of ESOF 2014.
What can we learn from these? “Beautiful things”, that’s the major funding that remained for the majority of participants. Each one had something to do.

Picture

An ESOF participant in the Science in the city “The Craft of Beer”

If you thought that, no theme was related to your professional or academic field (what seems incredible), it was possible for you to walk throughout the “Carlsberg village” and contemplating everything you want. In the University of Copenhagen’s stand you could eat some particular food cooked by chemists of the university. In another stand, you will be invited to play a funny puzzle game with the possibility to win a bottle of Carlsberg (yes, the beer!). For those who didn’t drink beer, they could have some Coca Colas in the 3rd floor of the Wonder Area. And some fortunate people were lucky to have a French lunch in the Copenhagen Business School. But, Science in the city was not only about eating, drinking and playing. Indeed, before eating, you had to be kind by trying to learn something from your dear host. If you were here only to get some food or some drink (that’s normal!), pretend to get interested in your host presentation. You would have seen that Science in the city was as rich as lectures. And if you were “inside” the Science in the city from the beginning to the end, you couldn’t have missed the finals of the European Science slam 2014 and especially the science slam presented by the students of the University of Strasbourg. But, I’m not trying to make advertisement for what I called without being unkind, the underground ESOF or the ESOF festival.

Picture

Fabiola Gianotti et Rolf-Dieter Heuer during the opening ceremony

You will find some people who will tell you that conferences were the places to be. Of course, these people didn’t sit in front of speakers from the morning to the evening. They will simply tell you that each one had something to learn from these lectures. From the plenaries made by great solemnities like Nobel and Medal field prices to other themes developed by knowledgeable speakers, each participant has had at least one lecture to attend. And I won’t remind the opening ceremony with the presence of the Danish Queen MARGRETHE II, the President of the European Commission, and just behind them, the students of the University of Strasbourg (yes yes!). And these last ones won’t remind you also that it was an unforgivable mistake to miss the plenary lecture given by the French Medal Fields Recipient CEDRIC VILLANI. It’s to say that there were really good things to learn and to see.
“It’s too formal” answered a South Korean, Continue reading

Categories: ESOF 2014 | Leave a comment

L’Oden brise la glace avec les copenhagois

Rares sont les occasions de monter à bord d’un brise-glace. Lors du festival Science in the City à Copenhague, le public pouvait visiter le navire suédois Oden. Et s’imaginer un instant commandant de bord parti en expédition aux pôles.

Oden_in_ice

Un brise-glace suédois

Il faut se rendre sur les docks de Copenhague pour assister à un spectacle qu’il n’est pas habituel de côtoyer. Entre deux entrepôts se dessine l’immense silhouette du brise-glace Oden, amarré à l’occasion du festival Science in the City. 108 m de longueur, 30 m de large et 12 de hauteur, l’Oden surprend par ses dimensions. Une telle carrure est indispensable pour naviguer dans les régions polaires. Sa capacité de brise-glace lui permet de rompre la glace sur 1,9 m, avec une vitesse de 3 nœuds, soit 5,5 km/h. Géré par le Swedish Polar Research Secretariat et la Swedish Maritime Administration, le navire participe depuis 25 ans à des expéditions scientifiques en Arctique et Antarctique.

« Bienvenu à bord de l’Oden » claironne un membre de l’équipage aux quelques visiteurs qui osent s’aventurer sur le pont. Plongés au milieu des bouteilles de gaz, des bouts et autres canots de sauvetage, ils peuvent pleinement prendre conscience de la réalité de la vie sur une telle embarcation.

oden_couleur

Le navire suédois affiche les couleurs de son pays. C’est l’un des rares brises-glace à fonctionner avec un moteur Diesel. Moins puissant que ses compatriotes à propulsion nucléaire, il ne démérite pas. En 1991, il a été le premier navire à propulsion non nucléaire à accéder au pôle Nord.

 

 

 

Tout pour vivre en autarcie

oden_cabine

Des visiteurs de tout âge déambulent. Des banderoles de sécurité sont là pour les empêcher de se perdre dans les méandres des couloirs. Le bateau comporte 66 cabines, réparties sur cinq étages. Tout est fait pour que l’ambiance soit chaleureuse : des meubles en bois, de l’espace, une salle commune avec un bar et un piano, … Le navire peut tenir cent jours en pleine mer, le personnel doit s’y sentir bien. Deux saunas et une salle de gym ont même été aménagés.

Au détour d’un couloir, un jeune garçon découvre avec dégoût la salle d’opération. Son père lui explique que pour des expéditions aussi loin, il faut bien parer à toute éventualité. La salle d’hôpital contient tout ce qu’il faut en cas de problèmes médicaux. Le matériel pour le bon fonctionnement du navire, l’équipement scientifique, les vivres, … sont stockés dans un grand entrepôt, où chaque élément est rangé avec précision. Dans un endroit aussi restreint, l’organisation est essentielle.

 

SWERUS-C3, une nouvelle expédition

Au fur et à mesure, les visiteurs peuvent discuter avec l’équipe du navire et les scientifiques. Environ 15 personnes font tourner l’Oden, pour entre 50 et 80 scientifiques qui embarquent selon les expéditions. A la fois brise-glace et bateau de recherche, l’Oden contient laboratoires et équipement pour étudier la profondeur des océans ou le climat. Sa prochaine expédition, SWERUS-C3, débutera le 6 Juillet, pour une durée totale de 100 jours. Les scientifiques étudieront les liens entre le climat, le carbone et le méthane, ainsi que l’histoire de l’océan Arctique. Lorsque les chercheurs parlent de leur futur voyage, leurs yeux brillent comme ceux des enfants qui jouent dans la cabine de pilotage. Aventurier un jour, aventurier toujours.oden_cloche

Categories: What we have seen | Leave a comment

De jeunes parlementaires

La finale du parlement européen des jeunes a eu lieu à Copenhague du 20 au 22 juin pendant l’EuroScience Open Forum 2014. L’occasion pour les participants d’ESOF d’en savoir plus lors d’une discussion, le 23 juin 2014 à la Carlsberg Academy.

Lors de la conférence « Le parlement européen des jeunes : un format efficace pour un apprentissage informel ? », l’accent a été mis sur la participation des jeunes à la construction de la société. Pour y parvenir, 1500 adolescents de toute l’Europe se retrouvent autour d’une thématique commune, formant ainsi les 18 parlements des jeunes. Cette année, ils se sont interrogés sur « le futur de nos villes ». Se pencher sur une question de société leur permet de s’investir dans les politiques publiques et scientifiques et ainsi d’avoir un regard différent. « Cela les rend sensibles » raconte Markus Weisskopf, directeur exécutif de Wissenschaft im Dialog qui organise des débats sur le recherche en Allemagne. La finale accorde à une centaine d’entre eux la possibilité de représenter leur sujet et de le défendre parmi ceux des autres. Grâce à leurs origines, leurs cultures et approches différentes, leurs échanges sont complémentaires et apportent de nouvelles idées. Pour Katrin Rehak, chef de section Science et Recherche à la Fondation Robert Bosch, un tel dispositif est essentiel. « Nous avons besoin de personnes jeunes. Des esprits frais pour donner de nouvelles idées » assure-t-elle. L’objectif : aboutir à des résolutions qui sont ensuite exposées au Conseil Européen. Une manière intéressante pour impliquer les adolescents et les aider à devenir des citoyens.

Categories: What we have seen | 1 Comment

Can U hear the U-sound ? – Science in the City

Can U hear the U-sound? Try ultrasound machines on your own body

Faculty of  Medicine, Norwegian University of Science and Technology

DSCN3381Developped for physicians, this small ultrasound scanner could be transport in the pocket !

More informations : https://vscan.gehealthcare.com/en-emea/gallery/a-quick-look-at-vscan-europe

Categories: What we have seen | Leave a comment

Hospital of Tomorrow – Science in The City

Mette Kjer Kaltoft, PhD Student in Public Heatlh works on a program to help to resolve decisional conflict and make better decision for example in medical context.

“Objective: To introduce, in the multi-disciplinary contexts of clinical decision making and policy formation, a theory-based decision-analytic framework for the transparent forward translation of research into practice, simultaneously identifying and communicating the need for backward translation from practice to research.”

For more informations : www.healthedecisions.org.au

 

Categories: Interviews | Leave a comment

Create a free website or blog at WordPress.com.